Exercice de style : le retour du Art&Craft

Des formes toujours plus soignées, des teintes toujours plus nuancées, des matières toujours plus nobles, c’est le design d’aujourd’hui. Et pourtant…

Un peu d’humilité que diable ! 

Jusqu’ici ça nous allait très bien. Pourtant, la quête constante de perfection nous a mené à la saturation. L’objet est devenu TROP. Trop beau, trop sophistiqué, trop lisse. Dictateur de nos intérieurs, il a éclipsé la main et la matière qui lui ont donné forme.

Las de la création impersonnelle et standardisée, faisons fi des codes classiques. Il est grand temps de retrouver le savoir-faire traditionnel des créateurs et la beauté de matière dans son plus simple appareil ? Que ça déborde, ça dépasse, ça penche ! 

Craft is the new chic !

C’est le motto de 2020 clamant haut et fort le retour du Art & Craft. La matière révèle toute sa splendeur. À l’état brut, elle libère la beauté des textures et couleurs de la nature. Le créateur compose avec ses irrégularités et ses accidents pour donner vie à des objets uniques et vivants. La forme, autrefois maîtresse, n’est plus que la somme de gestes encore palpable et de matière.

Tressage, terre cuite, bois massif et papier froissé cette année est la vôtre !

La laine bouclée

La générosité de la nature matérialisée pour venir vous envelopper. Habituellement filée en brins serrés, la laine avait perdu son essence. Elle s’émancipe du tricot élaboré et du drap trop régulier. Elle s’exprime librement pour nous inviter à l’effleurer.  

Plaids et coussins en laine bouclée, ©Tom Dixon

La terre cuite

Baudelaire écrivait « donne-moi ta boue, j’en ferai de l’or ». C’est presque ça. Entre les mains de l’artisan, la matière inconsistante devient joyau façonné par un savoir-faire ancestral et authentique. Sa couleur nous transporte vers de lointains paysages, chaleureux et sauvages. Entre nos mains, nous le percevons, tantôt poli, tantôt mouvementé. La texture porte toujours en elle l’empreinte d’un geste, qu’il soit le sceau revendiqué du créateur ou la marque d’une maladresse imperceptible.

Ridge Vase, créé par le Studio Kaksikko et édité par Mutto
©Muuto

Le bois massif

Taillé dans le vif, le bois se mue en une pièce contemporaine. La forme n’est là que pour mettre en valeur son histoire, écrite à coup de fissures, de nervures et de nœuds. L’objet à l’élégance imposante et brute témoigne encore de la magnificence de l’arbre qu’il fut jadis.



Tabouret en bois massif, ©Marc Mirakian

Le papier

Il y a tant d’histoire contenues dans le papier. Autrefois objet, il est froissé, hâché, détrempé, séché pour matière première. Une matière qui a tant vu et qui verra encore.

Luminaires en papier réalisé par Marie Michielsen, édité par Serax
©Serax

Le tressage

Robuste certes mais nonchalante. La corde seule est limitée dans sa forme. Pourtant, lorsque plusieurs d’entre elles se mêlent et s’entremêlent, tout est possible. C’est un tout nouveau matériau qui apparait. Dans leur complexe danse, elles dessinent d’hypnotisant motifs, elles tressent des draps solides. Elles s’associent au bois et donnent naissance à des pièces d’exception.

Fauteuil en chêne et tressage CH25 par Hans J. Wegner, édité par Carl Hansen & Søn
©Carl Hansen & Søn